Château Fougas « Le plaisir et la terre se partagent »
EN Suivez-nous

Actualités

La Biodynamie, une régulation naturelle de la vigne

La Biodynamie, une régulation naturelle de la vigne

Au Château Fougas, nous respectons ce processus pour  la qualité de nos vins.

La vigne en surface :

Les branches et feuilles tombent sur le sol en automne formant une litière qui est mangée par la faune épigée. Leurs déjections vont être broyées en éléments fins par des champignons basidiomycètes et des microbes qui les transformeront en humus. Puis, des bactéries vont lentement minéraliser l’humus.

La vigne possède 2 systèmes racinaires :

  • Le premier où les racines se fixent sous la matière organique pour assimiler les minéraux résultant de l’humus.
  • Le second, un système pivotant de racines qui s’étend jusqu’à la roche mère.

La vigne assimile les minéraux produits par les bactéries grâce aux les mycorhizes fixées tout le long de ses racines, puis lorsqu’elle atteint la roche mère, elle la transforme alors en argile.

La vigne en Profondeur :

Les racines mortes sont mangées en profondeur par une faune « endogée », permettant à la vigne de développer d’autres racines dans le vide de ces interstices. (L’assimilation des minéraux tout au long des racines aura également pour effet de clarifier l’eau avant qu’elle ne passe dans la nappe phréatique.)

Transformation de l’humus en complexe argilo-humique.

La Faune anécique (vers de terre) fait des galeries de haut en bas. Ils se nourrissent de la matière organique en surface puis redescendent, remontant de l’argile. Ils possèdent une glande dans leur intestin riche en calcium (ion+). Leurs déjections permettent le mélange des argiles et de humus chargé en (ion -) avec des ions calcium (ion +) créant ainsi le complexe argilo-humique. En outre, ils allègent la terre par la formation de galeries de bas en haut qui évitent le compactage.

Cet équilibre naturel permet à la vigne de produire un vin qualitatif et de « Terroir » : Car elle bénéficie d’un sol allégé et elle peut capter tous les minéraux propres au sol et ceux de la roche mère sur laquelle elle est plantée.

Il suffit alors de ne pas dégrader le système de fonctionnement du sol en respectant quelques règles simples pour ne pas le déséquilibrer :

  1. Conserver l’humus en surface car la faune épigée, les champignons, microbes et bactéries qui l’habitent sont aérobies (ont besoin d’oxygène pour se développer).
  2. Ne pas tasser les sols
  3. Ne pas ajouter d’engrais chimiques car ils stimulent les bactéries qui minéralisent l’humus et donc suppriment à terme cet humus en le minéralisant trop vite… Et déséquilibrent ainsi ce fonctionnement naturel.

C’est ce à quoi nous nous attachons au Château Fougas ! ! !

L’apport de la biodynamie:

En Suisse et en nouvelle Zélande, des chercheurs ont comparé des systèmes biodynamiques à des exploitations conventionnelles. Ils ont constaté que la fertilité du sol et la biodiversité étaient plus élevées dans les parcelles biodynamiques que dans les parcelles conventionnelles. La biomasse des micro-organismes, leur diversité et l’activité microbienne observées étaient plus élevées et présentaient de meilleurs résultats. Les auteurs ont suggéré que cette activité microbienne améliore l’assimilation du phosphore, l’utilisation de l’azote et la productivité des plantes.

Tout savoir sur la biodynamie : (demeter : un label international)

Retour

Your browser is out-of-date!

Update your browser to view this website correctly. Update my browser now

×